Le Meurtre ! in English

  

 

 

C'est une belle journée. Nous sommes dans un beau quartier de la périphérie de la ville. Il y a de belles maisons avec des rues proprettes et de jolis jardins entourés de champs et de bois. in English

   

 

Cette maison a une pelouse à l'avant et un jardin avec des arbres derrière. Il y a un chêne, un orme, un bouleau argenté, quelques arbres plus petits et un petit verger avec des pommiers, des poiriers, des cerisiers et des pruniers. in English

  

 

Il y a des fraises et des arbustes à fruits rouges avec des framboises, des groseilles, des myrtilles et des mûres. Les chemins sont pavés et bordés de parterres de fleurs et d'arbustes.in English

  

 

Il y a un étang avec des nénuphars, des carpes, des tritons et des grenouilles. Dans le bois au fond du jardin il y a des lapins, des écureuils, des loirs et un renard. Dans les arbres, il y a des merles, des mésanges bleues, des rouges-gorges, des grives et des pinsons. Le chant des oiseaux est magnifique aujourd'hui.in English

  

 

A l'intérieur de la maison une femme se trouve ligotée, bâillonnée et attachée par une lourde chaîne sur un lit maculé de sang. Les rideaux sont tirés; les lumières sont allumées. in English

  

 

Une porte de l'armoire est suspendue par ses charnières. Les tiroirs sont retirés d'une coiffeuse. Il y a du verre brisé au sol; un miroir fracassé. Une corbeille à papier est renversée. De vieilles photographies et des lettres se trouvent autour. Les vêtements d'une femme sont déchirés et éparpillés sur le sol. Les murs et le sol sont éclaboussés de sang. in English

  

 

 Le torse nu de la femme et ses bras et ses jambes sont entaillés et meurtris; ses yeux exorbités de terreur. Un homme se penche sur elle. Sur une table de chevet se trouvent des couteaux de cuisine.

'Vous êtes une salope, une menteuse et une tricheuse.' in English

 

 

Elle le regarde alors qu'il examine les couteaux, en les prenant un par un. Il touche chaque lame. Il choisit un couteau à désosser avec une lame longue et mince. Il repose la lame contre sa gorge.

'Vous ne tricherez plus jamais !,' dit-il. 'Vous avez causé trop de chagrin.'in English

  

 

Il lève le couteau. Avec sa main gauche il touche la peau de sa taille. Tout à coup la femme arrache le bâillon de sa bouche. Elle se tortille incontrôlable et rit aux éclats alors qu'elle se lève et crie:

'Tu es un sacré crétin Michael, tu me chatouilles !' in English

  

 

'Coupez ! 'crie Carlo de sa chaise de metteur en scène.

'C'est assez pour aujourd'hui. Allons tous boire un coup et puis après au lit. Nous referons cette scène dans la matinée.' in English

  

 

And now listen to the whole story audio at normal speed : 

  

 If you experience difficulties with the sound file, you may download the related MP3 file by clicking here 

 

Original story by Bernard Mouzer © 2014. Review and audio by Patrick Buda

 

 

Murder!

It is a lovely day. We are in a nice district on the outskirts of the town. There are attractive houses with tidy streets and pretty gardens surrounded by fields and woodland.

This house has a lawn in front and a garden and trees behind. There is an oak, an elm, a silver birch, some smaller trees and a small orchard with apple trees, pear trees, cherry trees and plum trees.

There are strawberries and soft fruit bushes with raspberries, gooseberries, blue berries and blackberries. The paths are paved and bordered by flower beds and shrubs.

There is a pond with water lilies, carp, newts and frogs. In the wood at the bottom of the garden there are rabbits, squirrels, dormice and a fox. In the trees there are thrushes, blue tits, robins, blackbirds and finches. The birdsong today is magnificent.

Inside the house a woman lies bound and gagged and fastened by a heavy chain onto a blood spattered bed. The curtains are shut; the lights are on.

A wardrobe door is hanging from its hinges. Drawers are pulled out of a dressing table. There is broken glass underfoot; a smashed mirror. A waste paper basket is knocked over. Old photographs and letters lie around. A woman's clothes are torn and strewn on the floor. The walls and floor are splashed with blood.

The woman's naked torso and her arms and legs are cut and bruised: her eyes bulging with terror. A man is bending over her. On a bedside table is a rack of kitchen knives. 'You are a bitch, a liar and a cheat.'

She watches as he examines the knives, taking them out one by one. He touches each blade. He selects a boning knife with a long thin blade. He rests the blade against her throat. 'You will never cheat again,' he says. 'You have caused too much sadness.'

He raises the knife. With his left hand he touches the skin of her waist. Suddenly the woman snatches the gag from her mouth. She wriggles uncontrollably and laughs and screams as she stands up and shouts: 'You bloody fool Michael, you are tickling me!'

'Cut!' shouts Carlo from his director's chair. 'That's enough for today. Let's all go for a drink and then afterwards to bed. We'll do that scene again in the morning.'